ROUGE CABARET
CONFÉRENCES  
FILMS  
CONCERTS  
VISITES COMMENTÉES  
    Sauf indication contraire, les conférences sont
    présentées gratuitement à l'Auditorium Maxwell-
    Cummings, pavillon Michal et Renata Hornstein,
    1379, rue Sherbrooke Ouest. Les portes de
    l'Auditorium ouvrent 30 minutes avant le début
    de l'activité. Le nombre de places est limité.
    Premier arrivé, premier servi.
Otto Dix (1891-1969)
Portrait de l'avocat Hugo Simons
1925
Détrempe et huile sur bois
Musée des beaux-arts de Montréal
Achat, subvention du gouvernement du Canada, dons de la Succession J.A. DeSève, Charles et Andrea Bronfman, Nahum et Sheila Gelber, Phyllis Lambert, de l'Association des bénévoles et des Jeunes Associés du MBAM, Louise L. Lamarre, Pierre Théberge et legs Horsley et Annie Townsend
© Succession Otto Dix / SODRAC (2010)

CREATING A MUSEUM FOR GERMAN AND AUSTRIAN ART

[ Activité exclusivement réservée aux membres VIP ]

Le mercredi 22 septembre, à 11 h, en anglais

Par Renée Price, directrice de la Neue Galerie New York

La Neue Galerie a ouvert ses portes en 2001 sous les acclamations, les critiques la qualifiant de « superbe » et de « révélation ». Sa fondatrice et directrice, Renée Price, présentera une vue d'ensemble de l'institution et de ses collections, lesquelles se concentrent autour de l'art allemand et autrichien des années 1890 à 1940. Elle parlera également du développement de l'exposition Otto Dix et de sa présentation à la Neue Galerie.




LE PORTRAIT DE L'AVOCAT HUGO SIMONS PAR OTTO DIX :
DU CHEVALET AU MUSÉE, UNE HISTOIRE EXEMPLAIRE

[ Activité exclusivement réservée aux membres VIP ]

Le mercredi 22 septembre, à 13 h 30, en français

Par Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef
du Musée des beaux-arts de Montréal

L'acquisition, l'historique et la provenance de ce portrait remarquable, aujourd'hui dans la collection du Musée, témoignent avec force et éloquence d'un effort collectif pour construire une collection et préserver la mémoire du passé. Au-delà de ce cas d'école, et d'autres exemples, se pose la question de l'avenir de ce patrimoine commun, de son enrichissement et de sa compréhension, à titre individuel et institutionnel.




OTTO DIX: CRITICAL REALISM BETWEEN THE WORLD WARS

Le jeudi 23 septembre, à 16 h, en anglais

Par Olaf Peters, commissaire de l'exposition et professeur au Département d'histoire de l'art, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, Allemagne

Otto Dix fut probablement le plus important et le plus radical des réalistes allemands de la première moitié du XXe siècle. Portant sur les thèmes de la guerre et de la sexualité, tout en accordant une place importante à ses implacables portraits, cette conférence situera Dix dans le contexte de l'art allemand, le présentant comme un éminent acteur de la Neue Sachlichkeit, la « Nouvelle Objectivité ». Elle abordera également son parcours artistique, marqué autant par l'expressionnisme et le dadaïsme que par son intérêt pour les maîtres anciens allemands.




LE CINÉMA DE WEIMAR :
MIROIR D'UNE SOCIÉTÉ EN DISSOLUTION

· Le mercredi 29 septembre, à 18 h, en français
· Le mercredi 6 octobre, à 18 h, en anglais

Par Thomas Barcsay, professeur honoraire,
Département d'histoire, Ryerson University, Toronto

Otto Dix a produit quelques-unes de ses oeuvres les plus choquantes au temps de la République de Weimar. C'est précisément à cette époque que le cinéma allemand était le plus innovateur et audacieux. Tout comme le faisait Dix, il provoquait, dans beaucoup de ses productions, les valeurs fondamentales de la société bourgeoise. Aucun thème n'était délaissé, et aucun tabou social n'échappait à l'examen. Ainsi, le cinéma de Weimar jouait le rôle d'instrument du modernisme, par les histoires qu'il racontait tout comme par les techniques qu'il utilisait.




SCHÜTZENGRABEN [TRENCH]: DIX'S LOST EPIC PAINTING

Le mercredi 20 octobre, à 18 h, en anglais

Par Philipp Gutbrod, auteur de la récente biographie Otto Dix:
The Art of Life
et président de Villa Grisebach Auctions, Inc.

Aucun artiste n'est aussi fortement relié aux événements historiques de l'Allemagne du XXe siècle qu'Otto Dix. Privé de son emploi par les nazis, il a tout de même pu vivre et travailler assez longtemps pour voir son œuvre à nouveau célébrée pour sa puissance d'évocation exceptionnelle. Philipp Gutbrod étudie l'artiste à travers son tableau de guerre perdu intitulé Schützengraben [La tranchée].




L'ALLEMAGNE ANNONCIATRICE DE LA « MODERNITÉ »
SUR FOND DE RIVALITÉS EUROPÉENES

Le mercredi 3 novembre, à 18 h, en français

Par Paul Létourneau, professeur titulaire d'histoire de l'Allemagne contemporaine, Université de Montréal

L'historien nous présentera l'Allemagne tourmentée de l'entre-deux-guerres. Il réfléchira au rôle déterminant — et fort mal connu — des Occidentaux dans ce qui s'est passé là-bas. Il se penchera également sur le travail d'introspection particulier de cette société, prédominant chez les artistes ayant la sensibilité d'un Otto Dix.




CRÉATION ET SUBVERSION : GEORGE GROSZ 1893-1959

Le mercredi 24 novembre, à 18 h, en français

Par Christiane Gosselin, historienne de l'art

L'œuvre de Grosz constitue une autre facette de la Nouvelle Objectivité, une réponse cynique d'un réalisme cru à la crise morale et sociale que traverse l'époque. Ses images apocalyptiques ou caricaturales dénoncent de manière corrosive l'Église, l'armée et le capitalisme triomphant. L'art chez Grosz est utilisé comme une arme face à la violence inhérente à la guerre, comme moyen de lutte politique. Souvent condamné, déchu de sa citoyenneté, Grosz fut exposé avec les artistes « dégénérés ».




OTTO DIX: TACKLING THE THIRTIES

Le mercredi 1er décembre, à 18 h, en anglais

Par Catherine MacKenzie, professeure d'histoire de l'art, Université Concordia

Comment Otto Dix, dont l'oeuvre avait probablement choqué les autorités de Weimar plus que celle de n'importe quel autre artiste resté en Allemagne pendant les années 1930, a-t-il négocié son rôle de faiseur d'images dans cette décennie marquée par une réglementation croissante du monde de l'art par les nationaux-socialistes?




A CRUEL EYE: OTTO DIX'S PORTRAITURE

Le mercredi 8 décembre, à 18 h, en anglais

Par Kathryn Simpson, doctorante,
Département d'histoire de l'art, Université Concordia

L'artiste allemand Otto Dix est associé au mouvement de la Neue Sachlichkeit, la « Nouvelle Objectivité »; et pourtant, ses portraits sont tout sauf objectifs. Avec son œil impitoyable, Dix produit des images qui nous en disent tout autant sur sa propre perception du chaos et du pourrissement de la République de Weimar que sur les sujets eux-mêmes.




TRANSGRESSER LES TABOUS

Le mercredi 15 d├ęcembre, à 18 h, en français

Par Constance Naubert-Riser, professeure honoraire, Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques, Université de Montréal

Durant les années 1920, Otto Dix fait le procès de la République de Weimar et de l'effondrement des valeurs morales consécutif à la défaite de l'Allemagne. Il s'attaque à l'Idéal séculaire de l'art — la Beauté — pour lui substituer la laideur de la réalité. À première vue, une image négative de la femme se dégage de sa production. Elle a engendré de nombreux débats qu'il convient de souligner.
© 2010 Musée des beaux-arts de Montréal.  Tous droits réservés.  Avis important : droits d'auteurs et droits de reproduction.
Otto Dix (1891-1969), Femme allongée sur une peau de léopard (Portrait de Vera Simailowa) (détail), 1927, Huile sur bois, Herbert F. Johnson Museum of Art,
Cornell University, Gift of Samuel A. Berger, © Succession Otto Dix / SODRAC (2010)
http://www.mbam.qc.ca/ottodix
HAUT DE PAGE


FACEBOOK TWITTER PARTAGEZ