Publié le :

Les 10e rencontres de la diversité

Le Musée des beaux‐arts de Montréal (MBAM) était l’hôte, le 18 mai dernier, des 10es Rencontres de la Diversité, organisées par Vision Diversité, en partenariat avec l’UNESCO et le MBAM. Cet évènement réunissait plus de 150 représentants invités des milieux des arts, de la culture et de l’éducation, qui se sont penchés sur le thème « Des cultures autochtones aux expressions métissées, notre culture en mouvement ».

« Plus que jamais, le Musée des beaux‐arts de Montréal s’engage pour favoriser l’interculturalité. Suivant le NOUS (Nos Origines, Une Société) bien proclamé par Aïda Kamar, présidente‐directrice générale de Vision Diversité, j’envisage l’avenir de notre Musée dans une ville qui tisse et métisse nos liens davantage qu’une cité mosaïque et fragmentée », affirme Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM.

Cette journée de réflexion donnait la parole à 40 artistes et créateurs – dont 15 sont issus de cultures autochtones – qui ont choisi de s’exprimer à travers des pratiques émergentes ou dont la créativité est métissée d’influences du monde entier. Dans sept ateliers multidisciplinaires, ils ont témoigné de l’apport de cette diversité auprès d’acteurs majeurs du milieu des arts de la culture – de son industrie, de ses institutions, de ses associations professionnelles et de ses lieux de diffusion et de production. Les participants ont pu réfléchir sur des pistes d’actions concrètes visant à faire de cette créativité métissée l’un des moteurs d’une culture québécoise en mouvement.

Du 18 au 22 mai, dans le cadre des Rencontres de la Diversité, des jeunes de l’école secondaire Saint‐Laurent présentent REFUGE, leur création collective, à l’atelier 3 des Studios Art & Éducation Michel de la Chenelière du MBAM. Réalisé en collaboration avec Vision Diversité, ce projet s’inscrit dans la démarche du vivre ensemble soutenue par la Commission scolaire Marguerite‐Bourgeoys (CSMB) de Montréal. Il a été imaginé par Tasnim, une élève de 4e secondaire préoccupée par le sort des migrants sur les côtes européennes. Plus de 250 élèves de cette école, interpellés par le thème des réfugiés, ont participé à cette création collective, encadrés par leurs enseignants d’arts plastiques.