Onésime-Aimé Léger

Fondé en 1874, le Club Saint-Denis, bastion historique privé de la bourgeoisie canadienne-française puis de l’élite francophone des affaires, décide de fermer ses portes en 2009, faute de ressources suffisantes pour maintenir ses activités. Sa remarquable et méconnue collection nous est généreusement offerte grâce à l’entremise du regretté Bernard Lamarre, qui avait œuvré depuis 2009 à cette négociation. Nous remercions chaleureusement tous les membres du Club Saint-Denis qui ont accepté de conclure ce don.

Dans Un souffle, une jeune femme de profil, les cheveux blonds noués, la tête quelque peu inclinée vers l’arrière, souffle sur les aigrettes duveteuses d’un pissenlit, dont le tiers s’est déjà envolé. Le contour très finement tracé du personnage et de son vêtement délimite les surfaces hachurées qui composent la figure et le paysage se détachant sur le ciel ainsi que les feuillages d’un marronnier qui l’enserre. Le motif rappelle la célèbre Semeuse dessinée en 1890 par le peintre, graveur et illustrateur suisse Eugène Grasset (1845-1917) auquel Georges Moreau (1853-1934), cofondateur de Larousse, aurait eu l’idée d’ajouter des aigrettes de pissenlit. Cette image, modifiée et stylisée, sera associée à la devise « Je sème à tout vent », pour l’émulation de l’instruction par l’idée de la semence qui va fructifier. Léger, peintre et illustrateur, en donne ici une version inspirée.

JACQUES DES ROCHERS


Onésime-Aimé Léger (1881-1924), Un souffle, 1910, huile sur toile, 61,8 x 54 cm.
MBAM, don du Club Saint-Denis de Montréal