Quiringh van Brekelenkam

Le peintre hollandais Quiringh van Brekelenkam appartient aux artistes de la Fijnschilderei (« peinture fine », au sens littéral) les plus considérés de la fin du XVIIe siècle. Ils s’attachent aux sujets quotidiens et leur travail minutieux définit l’école de Leyde. Ses scènes d’ateliers d’artisans, d’intérieurs domestiques et de commerces sont empreintes d’un réalisme délicat à la Pieter De Hooch et présentent de subtils clairs-obscurs dérivés de Rembrandt et de Gerrit Dou, dont il aurait été le premier élève.

Prolifique, Van Brekelenkam produit des centaines de peintures, s’apparentant, dans les années 1640 et 1650, au style de son maître, puis dans les années 1660 à la manière de Gabriel Metsu ou Gerard Ter Borch. Ses peintures d’intérieurs d’ateliers sont créées selon une formule unique : de format horizontal et d’une construction claire, leur espace est bien défini et leur composition statique à la palette limitée est éclairée sur la gauche.

Le thème de l’atelier du tailleur semble être sa spécialité. Il en peint de nombreuses versions – treize sont répertoriées dont les principaux exemples se trouvent à Amsterdam, Londres, Philadelphie et Bonn (1) –, employant une composition où la position du maître et des apprentis est toujours sensiblement la même, seules la présence et l’activité des femmes apportant une variation. Dans des tonalités d’ocre et de marron avec quelques rehauts de rouge, notre peinture, datée vers 1655-1660, reprend la composition habituelle avec, ici, une femme préparant le repas près de la cheminée.

Exemplaire des scènes de la vie quotidienne des artisans, ce tableau avait été sélectionné pour l’exposition Class Distinctions: Dutch Painting in the Age of Rembrandt and Vermeer, présentée au Museum of Fine Arts de Boston du 11 octobre 2015 au 18 janvier 2016.
FRANCE TRINQUE


1. Seymour Slive, European Paintings in the Collection of the Worcester Art Museum, 1974, p. 89, note 2.

Quiringh van Brekelenkam (vers 1620-après 1669), Intérieur de l’atelier d’un tailleur, vers 1655-1660, huile sur bois, 57,5 x 73,2 cm

MBAM, dons de M. et Mme Michal Hornstein