Publié le :

L’artiste Leila Zelli, lauréate de la résidence Empreintes 2019

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal (CAM), est heureux d’annoncer la lauréate de la résidence Empreintes 2019 : l’artiste Leila Zelli. Chaque année, depuis 2013, le Musée invite un artiste de la relève en arts visuels, issu de la diversité culturelle montréalaise ou des Premières Nations, Inuit ou Métis, à réaliser un projet de recherche-création en posant un regard unique et original sur les collections du Musée.

De février à mars 2019, l’artiste montréalaise explorera la collection d’art persan du Musée et ses objets en provenance de l’Iran, pays où elle est née et a grandi. Elle s’intéresse plus spécifiquement aux motifs animaliers ornant certains de ces artéfacts, et souhaite révéler ceux-ci autrement par le collage numérique au fil d’une quête photographique.

La résidence Empreintes
La résidence Empreintes s’adresse aux artistes professionnels ayant acquis une formation de base et possédant une compétence reconnue par leurs pairs. Durant huit semaines, l’artiste crée, interprète ou publie des œuvres, reçoit une rémunération et se voue principalement à la pratique de son art.

À propos de Leila Zelli
Leila Zelli s’intéresse particulièrement à l’état du monde, notamment sur notre rapport avec « l’Autre » de « ailleurs », spécifiquement du « Moyen-Orient ». Elle crée des installations numériques in situ à l’aide d’images médiatiques existantes et de vidéos trouvées sur Internet. En résultent des expériences visuelles et sonores qui suscitent un moment de réflexion sur l’état du monde, sur le rapport à l’Autre et sur la portée effective de nos gestes sur l’humanité.

Détentrice d’un baccalauréat, Leila Zelli termine sa dernière année de maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Elle a reçu la mention Coup de cœur du public lors de sa participation à la 36e édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, commissariée par Sylvie Lacerte et placée sous le thème L’art et le politique. Elle présente actuellement Terrain de jeux, sa première exposition solo, à la Galerie de l’UQAM.

Leila Zelli. Photo Marie-Christiane Mathieu