Exposition-découverte

Le Musée est heureux de présenter l’exposition Des bijoux contemporains hors du commun. À cette occasion, les œuvres d’une trentaine de créateurs, d’ici et d’ailleurs, nous livrent autant de témoignages de la richesse de cette pratique artistique.  La diversité des bijoux présentés illustre les nouvelles voies de fabrication et d’interprétation d’une discipline en pleine effervescence.

Exposition Bijoux

Une discipline artistique ancrée dans la tradition mais résolument inventive

L’exposition met en lumière le savoir-faire d’artistes qui porte non seulement sur la matière et sa transformation, mais également sur l’intention artistique.

Si les créateurs réalisent des œuvres à partir de matériaux traditionnels comme l’or, l’argent et les pierres précieuses, en explorant des techniques ancestrales comme le traitement de surface, la mise en forme et le poinçonnage, leur savoir-faire demeure un acte inventif, témoignage d’une tradition en perpétuelle évolution. Les éléments en argent du collier façonné par Christine Larochelle ont, par exemple, été laminés et gravés à l’acide. Pour travailler la surface de son bracelet, Matthieu Cheminée s’est inspiré, de son côté, des techniques africaines avant de recouvrir le bijou d’un motif qu’il a lui-même dessiné. Le bijou en tant qu’objet de recherche mène parfois à la sculpture, ce qui exige dextérité et minutie. L’œuvre de Kye-Yeon Son, légère et délicate, en est la parfaite illustration.

Diane Charbonneau, conservatrice des arts décoratifs modernes et contemporains au MBAM, indique :

«Le bijou contemporain de création fait partie intégrante des collections d’arts décoratifs du Musée, celui-ci étant d’ailleurs la seule institution canadienne à posséder une collection d’œuvres documentant son développement et sa diversité depuis 1945. Des bijoux contemporains hors du commun s’inscrit dans ce mandat de collectionnement et illustre plusieurs des nouvelles tendances de cette discipline artistique. Cette manifestation fait aussi écho aux créations exposées dans les galeries d’arts décoratifs du pavillon Stewart et dont la majorité provient de la Collection Liliane et David M. Stewart du Musée.»

Tout en maintenant l’utilité première du bijou – objet portable, relationnel et de communication – plusieurs artistes s’appliquent à bousculer la tradition. Par des choix intentionnels de matériaux, de formats et de procédés de fabrication, ils se libèrent des techniques acquises. Ainsi, le bois – symbole de vie – est souvent employé pour sa malléabilité, son poids et son coût, mais aussi pour sa référence à la nature, à l’environnement et à une ressource renouvelable. Traité de façon brute et intuitive chez Gabrielle Desmarais et Tobias Alm, le bois se prête également à des assemblages complexes comme celui de Despo Sophocleous.

Le bijou : un objet constamment réinventé

Les nouvelles technologies, dont l’impression 3D, offrent également un terrain d’exploration prometteur. Le pendentif minimaliste d’Ela Bauer et le collier extravagant d’Anthony Tammaro en sont deux exemples esthétiques saisissants.

Parfois, l’idée transmise à travers le bijou s’éloigne de l’aspect purement décoratif. Le bijou devient alors vecteur d’une émotion, d’une réflexion ou d’une narration mais sa finalité demeure le corps, le cœur même du processus créatif, même s’il peut exister sans lui. La pluralité des pièces présentées démontre la richesse des expressions plastiques du bijou contemporain.

L’exposition a été conçue par le spécialiste Noel Guyomarc’h, en collaboration avec Diane Charbonneau, conservatrice des arts décoratifs modernes et contemporains au MBAM, et rendue possible grâce à la générosité des artistes et des prêteurs privés incluant la prestigieuse collection de bijoux contemporains de feu Jocelyne Gobeil.

Yong Joo Kim