Contexte historique

Petit port sur le fleuve Sarno, Pompéi a été une colonie romaine prospère pendant plus de deux siècles. Ses habitants n’avaient aucun souvenir des éruptions antérieures du Vésuve, dont la dernière remontait au VIIe siècle av. J.-C. Le 24 août 79, le volcan explose, crachant à une hauteur de quelque 30 km un immense nuage de lave et de pierre ponce pulvérisée. Une pluie de pierre ponce, de roche et de cendres tombe sur la ville, s’accumulant dans les rues tout en enfonçant toits et murs.

Même si l’éruption prend les habitants au dépourvu, la plupart réussissent à s’enfuir. Seuls ceux qui s’étaient réfugiés à l’intérieur connaissent une fin terrible. Paradoxalement, l’éruption dévastatrice du Vésuve a permis de préserver durant des siècles, sous des mètres de cendres, la plus grande partie de la ville.

Au fil des siècles, la population locale n’a jamais complètement oublié Pompéi. Si le site a été souvent pillé par les tombaroli (fouilleurs clandestins) en quête de marbre et de statues, les premières fouilles officielles n’ont été entreprises qu’au XVIIIe siècle. Les rois Bourbon réquisitionnent la plupart des terres environnantes et les activités de récupération se font à un rythme effréné : les statues et les mosaïques trouvées sont entreposées dans les réserves royales. Comme le légendaire phénix, Pompéi, une ville romaine figée dans le temps, renaît de ses cendres. De superbes reliques sont découvertes, tel l’imposant hermès de Claudius Cornelius Rufus, et des édifices entiers sont dégagés de leur couche de cendre durcie.

Pin parasol correspondant à la description de Pline le Jeune,
avec le Vésuve à l’arrière-plan

Survol de l’exposition

La présentation montréalaise de Pompeii offre aux visiteurs une expérience multisensorielle et immersive qui les plonge dans la vie quotidienne des habitants de cette ville romaine, juste avant l’éruption du Vésuve le 24 août 79 apr. J.-C. La scénographie de l’exposition incorpore des artéfacts archéologiques de Pompéi dans le marché, la maison et le jardin recréés grâce à des effets visuels et sonores à la fine pointe de la technologie. Le point culminant de l’exposition est la recréation multimédia de la terrible éruption volcanique qui a enseveli Pompéi.

Fresque représentant une distribution de pain
Enduit peint
Pompéi, tablinum de la maison du Boulanger
Museo Archeologico Nazionale di Napoli (MANN)

Une ville figée dans le temps

Transportez-vous dans le passé : promenez-vous dans les rues animées de cette ville romaine jadis prospère, visitez ses marchés, ses boutiques et ses temples, et côtoyez ses habitants, sculptés dans le marbre pour la postérité.

Fresque représentant des lutteurs
Enduit peint
Pompéi
Museo Archeologico Nazionale di Napoli (MANN)

Loisirs et divertissements

Découvrez la passion des Pompéiens pour la musique, le théâtre, le jeu et les exploits sportifs. Des statues d’acteurs et d’athlètes ainsi que de l’art érotique mettent en lumière l’art de vivre et la soif de plaisir à Pompéi. L’exposition comprend également trois œuvres, prêtées exclusivement pour la présentation montréalaise par le Museo Archeologico Nazionale di Napoli, qui  illustrent l’intérêt des habitants pour l’exercice et la forme physique.

Fresque représentant une femme en train de se coiffer
Enduit peint
Stabies, triclinium de la villa d’Ariane
Museo Archeologico Nazionale di Napoli (MANN)

La maison : un art de vivre

Apprenez-en plus sur la passion des Pompéiens pour la vie et leur goût du luxe à travers la recréation d’une riche demeure patricienne ornée de fresques, de mosaïques et de meubles somptueux. Dans l’espace plus intime de cette maison, découvrez la femme, son rôle dans la société, ses goûts vestimentaires, ses bijoux et sa beauté.

L’éruption

Assistez à l’éruption du Vésuve dans un environnement immersif créé par la firme montréalaise Graphics eMotion. Une présentation multimédia de soixante-dix minutes vous fait revivre les différentes étapes de l’éruption de dix-neuf heures, depuis les premières secousses jusqu’aux coulées pyroclastiques qui ont scellé le sort de Pompéi.

La redécouverte

La tragédie humaine de Pompéi est magnifiquement rendue par l’intégration des moulages de quatorze victimes, incluant le chien emblématique de la maison d’Orphée, dans le très beau film contemporain Soleil noir, du vidéaste français Laurent Grasso.

Survolant, à l’aide d’un drone, les allées désertes de Pompéi et les hauteurs lunaires menaçantes de Stromboli, Soleil noir (un film en 16 mm tourné en 2014 pour l’exposition Soleil double) joue sur l’association entre l’artificiel et le naturel, l’inerte et le vivant, le paysage et l’homme – même si les hommes n’y apparaissent pas.

Chien
Moulage en plâtre
Pompéi, maison d’Orphée
Soprintendenza Speciale per Pompei, Ercolano e Stabia (SSPES)
Photo © Sven Hoppe / dpa / CORBIS

LE RETOUR À L’ANTIQUE

De la Renaissance au néoclassicisme,
en France et en Italie

12 janvier – 26 juin 2016

L’exposition Pompeii est l’occasion de mettre en lumière une sélection de dessins néoclassiques de la collection du Musée. Ces œuvres sur papier explorent le renouveau stylistique inspiré de l’Antiquité gréco-romaine, stimulé par les découvertes d’Herculanum et de Pompéi au XVIIIe siècle.

En savoir plus

Giovanni Battista Piranesi, dit en fr. Piranèse (1720-1778)
Veduta dell’ Anfiteatro Flavio detto il Colosseo [Vue de l’Amphithéâtre Flavien, dit le Colisée]
De la série des « Vues de Rome »
1748-1778
Eau-forte, 1er état sur 4
49,7 x 71 cm
MBAM, don de James B. Allan

Crédits et commissariat

L’exposition Pompeii est organisée en partenariat par le Musée royal de l’Ontario, Toronto, et le Musée des beaux-arts de Montréal, en collaboration avec le Museo Archeologico Nazionale di Napoli et la Soprintendenza Pompei.

Le commissariat est assuré par Laura Vigo, archéologue et conservatrice au MBAM, sous la direction de Paul Denis, conservateur adjoint au Musée royal de l’Ontario, avec la collaboration de Kate Cooper, Research Associate au Musée royal de l’Ontario.

Pour la scénographie, le MBAM a collaboré avec l’atelier d’architecture In Situ, Uniform, Graphics eMotion et la designer Lysanne Pépin sous la direction de Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM, et Sandra Gagné, chef de la Production des expositions.

François Filiatrault, consultant en musiques anciennes, a monté une trame sonore pour rehausser l’atmosphère dans la salle des banquets.

Ce projet a été rendu possible grâce au généreux soutien de RBC, présentateur de l’exposition, en collaboration avec Metro ainsi que Moira et Alfredo Romano. Le Musée reconnaît l’apport essentiel de l’Association des bénévoles du Musée, Air Canada, Bell, Ciot, Tourisme Montréal, Zonin, Il gruppo dell’arte – Judith Bérard et Jean Rizzuto, La Presse et Montreal Gazette.

Le Musée remercie le ministère de la Culture et des Communications du Québec ainsi que le Conseil des arts du Canada pour leur aide indéfectible. L’exposition a aussi reçu le soutien du ministère du Patrimoine canadien par le biais du Programme d’indemnisation pour les expositions itinérantes au Canada. Le programme d’expositions internationales du Musée bénéficie de l’appui financier du fonds d’expositions de la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal et du fonds Paul G. Desmarais.

Le Musée remercie également ses guides bénévoles pour leur appui inconditionnel, ainsi que tous ses membres et les nombreuses personnes, entreprises et fondations qui lui accordent leur soutien, notamment la Fondation de la Chenelière dirigée par Michel de la Chenelière et la Fondation Arte Musica présidée par Pierre Bourgie, pour leur générosité.

Que toutes les personnes qui ont permis la réalisation de cette exposition, grâce à leur concours, leur encouragement et leur contribution, trouvent ici l’expression de notre gratitude.