Skip to contentSkip to navigation
Retour au calendrier

CFS présente : Kiss me deadly

Informations

Durée

4h00

Langue

Anglais

Publics

65 ans et plus
Adultes
Jeunes adultes
Membres

Type d'activité

Cinéma du Musée

Mode

Présentiel
dimanche 29 mai 2022 à 18 h 00

Version originale anglaise.

Format 16mm.

Un certain soir, le détective Mike Hammer prend en stop Christina, une séduisante auto-stoppeuse sur une route de campagne isolée. Elle vient de fuir l'hôpital psychiatrique tout près. Des voyous les prennent en chasse et les forcent hors de la route. Quand Hammer reprend connaissance, il entend Christina être torturée. Elle en meurt. À la fois par vengeance et dans l'espoir que quelque chose d'important se cache derrière cette histoire, Hammer décide d’enquêter.

Kiss Me Deadly est un film noir essentiel: apocalyptique et nihiliste - produit à la fin de l’âge d’or du film noir. Le film du réalisateur et producteur Robert Aldrich, inspiré du polar de Mickey Spillane, est brutal et paranoïaque. Le rythme enlevant est le fruit de la juxtaposition d’une série de scènes déconnectées les unes des autres.

Ce film indépendant met en scène un détective privé méprisable, sans vergogne, aux méthodes fascistes révélées par sa violence brutale, et son credo que la fin non seulement justifie les moyens, mais permet d’y arriver plus rapidement. Le flic solitaire et impitoyable poursuit égoïstement un objet apocalyptique chauffé à blanc dans une mystérieuse valise "boîte de Pandore" (bien qu'il n'y ait aucune mention explicite des mots bombe, atomique ou thermonucléaire). D'autres films reprendront le motif de la boîte mystérieuse, comme Repo Man (1984) et Pulp Fiction (1994).

Kiss Me Deadly est remplie d’allusions symboliques, d’intrigues labyrinthiques et complexes, de paranoïa nucléaire et de frayeurs fruits de la guerre froide. Le film a été tourné en un mois à la fin de 1954. La photographie est digne des plus grands films. Le travail du directeur photo Ernest Laszlo est remarquable et original. Il comprend des angles de caméra qui désorientent et des compositions uniques et non conventionnelles. On y retrouve tous les ingrédients d’un grand film noir : une séquence d'ouverture austère, des femmes fatales dévastatrices, des gangsters de bas étage, un antihéros, des scènes de nuit éclairées de manière expressionniste, une quête de vengeance et une sinistre atmosphère de désespoir.

Conférencière : Lana Maria Chammas

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la Salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.