Skip to contentSkip to navigation
Retour au calendrier

CFS présente : The day of the locust

Informations

Durée

4h00

Langue

Anglais

Publics

65 ans et plus
Adultes
Jeunes adultes
Membres

Type d'activité

Cinéma du Musée

Mode

Présentiel
dimanche 15 mai 2022 à 18 h 00

Version originale anglaise.

Format 16mm.

Le titre fait d’abord penser à un film de série B des années 50, rempli d'insectes géants, mais ce film jette un regard perçant et troublant sur les coulisses du Hollywood des années 30. Réalisé par John Schlesinger et écrit avec son scénariste de Midnight Cowboy, Waldo Salt, le film adapte le roman éponyme de Nathanael West consacré au glamour de la production cinématographique, mais à travers le regard désabusé de ceux et celles qui travaillent dans l’ombre: hommes à tout faire et aspirantes starlettes.

Tod (William Atherton) est un artiste comme tant d’autres qui désire percer à Hollywood. Il se trouve un logement bon marché dans une communauté d'aspirants et de has-beens. Parmi les résidents, une gamine précoce poussée par une mère autoritaire, un nain colérique (Billy Barty), Faye (Karen Black) et son père Harry (Burgess Meredith), une famille du showbiz. Le patriarche Harry est une ancienne vedette de vaudeville aujourd'hui réduite à colporter des produits d'entretien au porte-à-porte. Faye est prête à tout pour se retrouver sur le grand écran. Tout. Tod tombe amoureux de Faye, mais elle développe une relation malsaine avec Homer Simpson (Oui ! C'est son nom dans le film. Donald Sutherland), homme profondément religieux, sexuellement refoulé et socialement maladroit. Ces émotions refoulées conduiront à l'un des dénouements les plus choquants jamais réalisés.

Ce film épique a plusieurs facettes, dans la veine de Nashville de Robert Altman. Les sauterelles du titre sont les petites gens qui cherchent désespérément à se nourrir de la célébrité qu'offre Hollywood, affamées qu’elles sont de la vie rêvée promise par le New Deal. Un rêve qui va bientôt se révéler être le cauchemar d’une guerre mondiale. À la fin du film, les petites gens ont un avant-goût de ce qu’est la guerre quand éclate une violente et terrifiante émeute, scène digne d’un film d’horreur. Malgré l’intensité du dénouement, ce film est une fresque riche qui dépeint des personnages grotesques et raconte des histoires pleines d’humour et de mélancolie. Ce film fait sans conteste partie des meilleurs films sur Tinsel Town à avoir été produit. Il partage l’univers d’autres grands films dédiés au 7e art comme Il était une fois à Hollywood de Tarantino, Mulholland Drive de Lynch ou 81/2 de Fellini.

La version présentée n’est disponible nulle part ailleurs. Pour découvrir ce qui rend cette version unique, vous devrez vous présenter! On vous promet que vous serez éblouis.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la Salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionnelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.