Mot de la Directrice

MERCI !

Le Musée des beaux-arts de Montréal peut être heureux des résultats qui soulignent son succès continu après un exercice financier 2016-2017 d’expansion, d’exportation et de transition exigeant, risqué du point de vue des finances et des impératifs de livrables. Aucun retard ni dépassement n’est à déplorer dans la livraison des nouveaux espaces et le redéploiement des collections d’art international. Le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein engrange louanges et visiteurs. Aussi, aucun retard ni dépassement sur nos nombreuses expositions ici et ailleurs (rappelons que le MBAM a exporté dans 8 villes – un record – en parallèle de celles montées à Montréal… et de l’expansion!). Les expositions poursuivent leur rythme inexorable à la cadence des saisons: Chagall : couleur et musique connaît un remarquable succès.

LES CHIFFRES DU SUCCÈS

Merci aux 270 personnes qui forment cette équipe gagnante. Chacun et chacune mérite nos applaudissements. Le Musée a grandi en termes de superficie et de collections. Il est temps de consolider notre culture d’entreprise singulière avec une vision renouvelée et des actions concrètes. Nous avons de l’admiration – et souvent de l’affection – pour cette équipe de professionnels, complices talentueux et indispensables.

Merci aux 430 bénévoles du MBAM. Tous soutiennent, encouragent, inspirent et dynamisent le Musée, avec la confiance du conseil d’administration présidé par Jacques Parisien. Leur engagement pour une institution privée à but non lucratif est la preuve d’une gouvernance citoyenne, une forme d’engagement politique au service de la cité. Ils font partie de l’équation que nous portons, au-delà des recherches académiques, vers un musée promoteur de valeurs qui nous rassemblent: nous sommes convaincus que le MBAM est un vecteur de progrès social.

Merci aux 977 392 visiteurs au 31 mars 2017. Au cours de l’exercice financier qui vient de se terminer, le Musée a attiré plus de visiteurs que l’année précédente (956 168) et ce, malgré des mois de travaux autour du Musée, sur la rue Sherbrooke, et pour la construction de notre nouveau pavillon. 80 000 personnes sont venues visiter le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein lors des 48 journées portes ouvertes (une moyenne de 1666 visiteurs par jour). Il va sans dire qu’avec les nouveaux espaces éducatifs de l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière, le MBAM pourra dépasser le million de visiteurs chaque année.

Merci aux 2,6 millions de visiteurs de nos expositions en tournée. Plus de 500 000 visiteurs pour Métamorphoses : dans le secret de l’atelier de Rodin, 115 000 pour La couleur du Jazz : le Groupe de Beaver Hall et 2 042 600 pour La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles. Un cycle d’exportation d’expositions s’achève et un autre commence. Au terme de sa tournée internationale dans 12 villes en cinq ans, le Musée conclura le défilé autour du monde du couturier avec Love Is Love sous forme de «happy end», présentant les plus belles robes de mariées haute couture pour couples de tous genres, de toutes couleurs et de toutes orientations. D’autres expositions en préparation partiront en tournée bientôt…

Merci à nos 109 010 membres VIP au 31 mars 2017. Le Musée atteint un autre record grâce à la qualité de ses expositions et aux programmes novateurs d’abonnements sur mesure imaginés par sa Fondation, sans oublier les nouveaux espaces publics pour améliorer ses services. Ce chiffre nous place en tête des musées canadiens… et au 6e rang des musées nord-américains selon l’AAMD!

SE RÉINVENTER.
LA CULTURE DE L’INNOVATION.

Le Musée des beaux-arts de Montréal, passeur d’un patrimoine collectif depuis plus de 150 ans, n’échappe pas à cette vérité. Les racines plongées dans l’histoire, le cœur dans sa ville et la tête dans les étoiles, il cherche à se réinventer en permanence. Sa culture de l’innovation a pour but de conserver sa pertinence sociale pour demeurer un actif tant pour la communauté académique au niveau national et international que pour la société civile au niveau local. Loin du gardien d’un héritage érigé en forteresse, il veut se positionner comme un bâtisseur citoyen et inclusif.

L’année 2017-2018 vise à consolider la croissance et moderniser le fonctionnement de l’institution à la mesure de sa nouvelle dimension. Une nouvelle aile des cultures du monde fortement orientée vers l’interculturel et le vivre-ensemble complètera au printemps 2018 la réinstallation de nos collections d’Asie et d’Afrique, des Amériques et d’Océanie, sans oublier l’archéologie en Europe.

Au-delà des champs disciplinaires de l’histoire de l’art, le MBAM s’affirme comme un partenaire empathique, décomplexé et décloisonné. Plusieurs expériences passées et projets d’avenir témoignent de cette liberté dans la créativité qui voit l’institution comme une force entrepreneuriale et politique, au sens premier du terme, soit utile à la cité : ententes novatrices, valeurs fédératrices, pluridisciplinarité audacieuse, goût de l’expérience sans peur de l’échec, priorité à l’éducation et respect des publics s’affirment comme des moteurs pour développer… le développement.

Comme dans la nature, la culture de l’innovation est une course sans fin : Dans De l’autre côté du miroir, Alice court à toute allure aux côtés de la Reine Rouge au pays des Merveilles : « c’est étrange, nous courons vite et le paysage autour de nous ne change pas ? » Et la reine lui répond: « Nous courons pour rester à la même place. »