Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Peter Doig, Red Boat (Imaginary Boys) [Bateau rouge (Garçons imaginaires)], 2004, huile sur toile, 200 x 186 cm. The Weston Collection. Photo Jochen Littkemann
Peter Doig, Red Boat (Imaginary Boys) [Bateau rouge (Garçons imaginaires)], 2004, huile sur toile, 200 x 186 cm. The Weston Collection. Photo Jochen Littkemann
25 janvier au 4 mai 2014

Peter Doig

Nulle terre étrangère

Peter Doig. Nulle terre étrangère est la première exposition d’envergure de ce rare peintre de renommée mondiale en Amérique du Nord depuis sa rétrospective flamboyante de mi-carrière, exposée à la Tate Britain de Londres, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris et à la Schirn Kunsthalle de Francfort, en 2008. Evénement phare, cette exposition s’inscrit dans le cadre d’une saison ambitieuse de rendez-vous avec l’art contemporain au MBAM.

L'exposition est une coproduction du MBAM et des National Galleries of Scotland d’Édimbourg, où elle a connu un immense succès à l’été et à l’automne 2013, un événement que les critiques internationales ont souligné depuis le New York Times jusqu’à The Economist... L’exposition ne fera qu’un seul arrêt en Amérique du Nord, au MBAM. Pour le peintre écossais, la présentation de cette exposition dans les deux villes qui jouèrent un rôle central dans sa vie d’artiste – Édimbourg, son lieu de naissance, et Montréal, où il passa une partie de sa jeunesse et où il retourna en tant qu’adulte – est très riche de sens.

Au long des trois décennies de sa carrière, il a su insuffler une vie nouvelle à un médium qui, pour beaucoup, avait perdu sa raison d’être. Son inventivité formelle, la sensualité unique de sa palette et sa suggestivité romantique le situent en effet bien loin de l’approche conceptuelle qui caractérise l’art contemporain. Sa volonté de relever le défi que pose encore la peinture des Gauguin, Matisse, Bonnard, Marsden Hartley et Edward Hopper le place plutôt dans une longue lignée de grands coloristes, des maîtres de l’expression picturale aux œuvres richement texturées.

Peter Doig. Nulle terre étrangère est la première exposition consacrée à la production de l’artiste depuis qu’il a découvert La Trinité, en 2000, et qu’il s’y est établi, en 2002 : un tournant dans sa peinture. Comme l’a écrit le poète écossais Robert Louis Stevenson dans Les Squatteurs de Silverado : « Il n’existe nulle terre étrangère. Seul le voyageur est étranger. »

Pendant la période qui fait l’objet de cette exposition, Doig, alors établi à la Trinité, a également partagé son temps entre Londres, New York et Düsseldorf. Après avoir quitté Édimbourg à un très jeune âge, cette existence quasi nomade, ses souvenirs d’une enfance vécue en partie au Canada et ses études à Londres, où il a passé une vingtaine d’années, lui ont permis d’accumuler un foisonnant bagage visuel et un vaste répertoire de motifs auxquels il puise en permanence.

Crédits et commissariat

Peter Doig. Nulle terre étrangère est une coproduction du MBAM et des National Galleries of Scotland d’Édimbourg. Le commissariat de l’exposition est assuré conjointement par Stéphane Aquin, conservateur de l’art contemporain au Musée des beaux-arts de Montréal, et Keith Hartley, conservateur en chef de la National Gallery of Modern Art. La Michael Werner Gallery de New York et Londres a également tout mis en œuvre pour que le projet devienne réalité. Gordon VeneKlasen, Parinaz Mogadassi et Harry Scrymgeour, en particulier, ont joué un rôle déterminant dans cette présentation. Le Musée tient par ailleurs à souligner la contribution majeure de RBC Banque Royale, commanditaire présentateur de l’exposition à Montréal. Il remercie également les partenaires de Peter Doig : Nulle terre étrangère : Joe Fresh, Bell, Air Canada, Richter, La Presse et The Gazette. L’exposition bénéficie en outre du précieux soutien de l’Association des bénévoles du Musée des beaux-arts de Montréal.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.