Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour

Otto Dix

Portrait de l'avocat Hugo Simons

Artiste(s)

Otto Dix
Untermhaus (Allemagne) 1891 – Singen (Allemagne) 1969

Titre

Portrait de l'avocat Hugo Simons

Date

1925

Matériaux

Détrempe et huile sur contreplaqué

Dimensions

100,3 x 70,3 cm

Crédits

Achat, subvention du gouvernement du Canada en vertu de la Loi sur l'exportation et l'importation de biens culturels, dons de la Succession J.A. DeSève, de M. et Mme Charles et Andrea Bronfman, de M. Nahum Gelber et du Dr Sheila Gelber, de Mme Phyllis Lambert, de l'Association des bénévoles et des Jeunes Associés du Musée des beaux-arts de Montréal, de Mme Louise L. Lamarre, de M. Pierre Théberge et du fonds d'acquisition du Musée, et legs Horsley et Annie Townsend, inv. 1993.12

Collection

Art occidental

Ce portrait d’Hugo Simons est la première peinture qu’Otto Dix exécute selon la technique de la détrempe à l’oeuf recouverte d’un glacis à base d’huile. Les lignes tracées au graphite qui ont servi à délimiter la silhouette demeurent visibles à travers les nombreuses couches
de peinture translucide et de glacis transparent. Cette peinture est typique du mouvement de la Neue Sachlichkeit (« nouvelle objectivité »), terme inventé par le directeur de Kunsthalle Mannheim, Gustav Friedrich Hartlaub, en 1925 – année même où le portrait a été réalisé – pour qualifier le nouveau réalisme qui fait son apparition sous la république de Weimar et dont Dix est considéré comme un des principaux représentants. Simons a défendu Dix avec succès lorsqu’un client a refusé de payer le portrait de sa fille qu’il avait commandé
sous prétexte que la ressemblance n’était pas assez grande. Ce portrait magistral a suivi son modèle de Düsseldorf jusqu’à Montréal, où celui-ci s’est établi avec sa femme et sa jeune famille afin de se soustraire au régime nazi. Dix et Simons ont entretenu une correspondance épistolaire durant les années qui ont suivi, témoignage de leur longue amitié. Les lettres de l’artiste sont d’ailleurs conservées dans les archives du Musée.

© Succession Otto Dix / SOCAN (2021)

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.