Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour

Kehinde Wiley

Siméon le Dieu-récepteur

Artiste(s)

Kehinde Wiley
Né à Los Angeles en 1977

Titre

Siméon le Dieu-récepteur

Date

2015

Matériaux

Huile sur toile

Dimensions

212 x 159,7 cm

Crédits

Achat, legs Horsley et Annie Townsend, fonds de la famille Appel à la mémoire de Bram et Bluma Appel, inv. 2017.68

Collection

Art contemporain international

L'artiste new-yorkais Kehinde Wiley s’est acquis une renommée internationale avec un message essentiel : « Peindre, c’est témoigner du monde dans lequel nous vivons. Les Noirs vivent en ce monde. J’ai choisi de les intégrer. C’est ma façon de nous dire oui. » Wiley défie le langage artistique prééminent qui, au fil des
siècles, a passé sous silence les gens de couleur. Reprenant le vocabulaire visuel de glorification du portrait byzantin, Renaissance, baroque ou néoclassique, il place les jeunes hommes noirs en position de pouvoir. Cette démarche donne lieu à des portraits stylisés et hyperréalistes d’hommes « black and brown » d’aujourd’hui, comme les qualifie lui-même l’artiste.


Pour Siméon le Dieu-récepteur, Wiley s’inspire d’une icône du quinzième siècle de l’école de Novgorod. Le corps athlétique de son modèle, Eric Murphy, est couvert de tatouages aux multiples significations, quelquefois obscures : un chapelet évoquant la religion; un portrait du fils de Murphy; le logo du magazine Rolling Stone, une référence à la culture pop; les mentions Hated by Many [détesté par plusieurs] et Loved by Few [aimé de quelques-uns], parfois associées au hip-hop ou à la réalité des gangs de rue. La sublimation du modèle en Siméon – un personnage de l’Évangile selon Luc –, lui attribuant ainsi le rachat et la sainteté, est remarquable. Les motifs botaniques et la pose sacrée contrastent avec le physique puissant et les tatouages imposants, accentuant la grâce, la noblesse et le raffinement du personnage. Cette réappropriation du portrait occidental s’inscrit dans l’affirmation d’une jeunesse afro-américaine fière qui prend le contrôle de son image.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.