Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Adrian Stimson

Irrémédiablement perdus

Artiste(s)

Adrian Stimson
Né à Sault-Sainte-Marie (Ontario) en 1964

Titre

Irrémédiablement perdus

Date

2010

Matériaux

Bison taxidermisé

Dimensions

175 x 725 x 410 cm

Crédits

Achat, legs Horsley et Annie Townsend et don à la mémoire d'Adrian Stimson Sr, inv. 2018.198.1-12

Collection

Art québécois et canadien

Le bison est un motif récurent dans l’œuvre d’Adrian Stimson, membre de la Nation des Siksika. Il l’utilise comme symbole de la destruction du mode de vie autochtone. « En pensant aux troupeaux qui habitaient jadis les Plaines, on estime leur nombre à soixante-quinze millions, je déplore le massacre des grands troupeaux par les colons européens à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième, et les conséquences de leur quasi extinction sur mon peuple et toutes les tribus des Plaines qui en dépendaient non seulement pour se nourrir et se mettre à l’abri, mais pour […] leur présence spirituelle dans notre vie quotidienne. » Stimson assimile la condition actuelle des populations de bisons à celle de son peuple. Bien qu’ils ont failli disparaître, leur résilience leur a permis de résister et de demeurer en vie.


Irrémédiablement perdus rend hommage à l’histoire du bison et exprime l’importance qu’il occupe au sein des Premières Nations. Symbole de survie et de renaissance culturelle, le bison naturalisé se dresse majestueusement sur un socle rouge qui représente l’influence destructrice des colonisateurs – le gouvernement, les colons et l’Église – appelant les dix peaux de bison qui l’entourent à reprendre vie. Les peaux sont drapées sur des croix noires, une référence explicite à la chrétienté et à ses conséquences abominables sur l’histoire des peuples autochtones. Le chiffre 10 fait allusion à une chanson pour enfants de 1868 qui faisait le décompte d’« Indiens » éliminés, sous-entendant que les vies autochtones, comme celles des bisons, n’avaient aucune valeur.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.