Les collections des cultures du monde et d’archéologie méditerranéenne, qui rassemblent 9 640 objets, sont sans égal au Québec et parmi les plus importantes au Canada. Nombre de ces pièces sont le résultat d’acquisitions judicieuses effectuées par F. Cleveland Morgan, conservateur bénévole du Musée de 1916 à 1962.

Cette page web a été conçue pour vous donner un aperçu de la collection. Veuillez noter qu’il est impossible de présenter toutes les œuvres de la collection en salle en même temps. Les œuvres illustrées ici ne sont donc pas nécessairement exposées en ce moment.

Archéologie méditerranéenne

D’une qualité remarquable et considérée comme la seconde par sa taille au Canada, la collection d’archéologie méditerranéenne regroupe 875 pièces allant des débuts de l’âge du bronze à la fin de l’Antiquité. Grâce à la richesse de cette collection, le MBAM a acquis la réputation d’être un important dépositaire d’artéfacts de l’ère classique. Composée de sculptures, objets en verre, reliefs, textiles, bijoux, pièces de monnaie, sarcophages, bronzes, terre cuite et céramique, la collection illustre le caractère unique des civilisations de l’ancienne Méditerranée, tout en mettant en lumière les influences transculturelles à l’œuvre dans les arts grec, romain, égyptien et moyen-oriental tout au long de l’Antiquité. Parmi les pièces marquantes figurent une collection rare d’objets en verre ancien, magnifiquement conservés – vases, lampes, bouteilles de parfum, urnes funéraires, etc. – produits entre 300 av. J.-C. et l’an 800 de l’ère chrétienne, ainsi que 60 belles pièces de textiles coptes fabriquées en Égypte entre les IIIe et XIIe siècles.

Art des Amériques

Le MBAM détient une importante collection d’œuvres en provenance des trois Amériques (Nord, Centrale et Sud) produites entre 1500 av. J.-C. et aujourd’hui. Cette collection précolombienne est l’une des plus importantes au Canada.

Au total, 1 151 œuvres sont présumées précolombiennes, mais il est pour l’instant impossible d’établir le nombre exact d’œuvres préhispaniques en raison de la variabilité des termes choisis pour identifier les cultures et du manque d’information quant à certaines œuvres. Jusqu’à maintenant, quatorze pays d’origine différents et cinquante-cinq styles distincts ont été identifiés. Ces styles couvrent des périodes allant d’environ 3000 avant notre ère jusqu’aux dernières années avant la Conquête au XVIe siècle. Toutes les œuvres, à l’exception d’une effigie en stéatite chumash (1200 à 1600 de notre ère) originaire de Californie, proviennent d’Amérique latine. Le Musée conserve également quelques pièces produites avant la période de contact avec les Européens par des civilisations du Dorset et de Thulé, dont sont issus les Inuits. Pour faciliter la visualisation de la collection, les œuvres ont été regroupées par grandes aires archéologiques : la Mésoamérique (du Mexique au Honduras), la zone intermédiaire (du Nicaragua au nord de l’Équateur), les Andes et les Basses-terres (bassin de l’Amazone et Caraïbes). La Mésoamérique est la région la mieux représentée, les deux tiers des œuvres de la collection en sont originaires.

Il est aussi important de souligner que cette collection d’art précolombien est composée à plus de 80 % d’œuvres offertes au Musée et que la majorité des achats ont été réalisés grâce au soutien financier de mécènes. Cette situation souligne la relation étroite que le MBAM entretient avec les collectionneurs de son milieu, peut-être en partie en raison de son origine associative.

Art asiatique

La collection d’art asiatique est l’une des plus anciennes au Canada, voire en Amérique du Nord. Réunissant plus de 6 000 objets, elle nous éclaire sur la production artistique des différentes époques et régions géographiques. Elle joue également un rôle important dans l’histoire des collections. Les premiers objets à entrer au Musée témoignent de l’intérêt des Montréalais pour le monde asiatique au début du XXe siècle.

La collection d’art chinois, dont un ensemble de plus de 200 objets est exposé, s’enrichit de la redécouverte de nombreuses œuvres provenant de nos réserves, de certaines acquisitions récentes (les céramiques min yao en bleu et blanc qui nous viennent de madame Zhang Zhimei, l’impressionnant lit alcôve offert par Yvonne Callaway Smith et Milo S. Smith), et enfin d’importants prêts consentis par la Fondation Arthur M. Sackler de New York et par de fervents collectionneurs montréalais, dont Blema et Arnold Steinberg, et Nicol Guérin.

Grâce à la richesse et à la diversité de la collection d’art japonais, le Musée est en mesure d’aborder certains thèmes relatifs à la culture et à la société Edo (1615-1868), la sérénité recherchée en temps de troubles par les samouraïs et la nature magnifiée. Les boîtes à encens ou kōgō, provenant de l’inégalable collection de près de 3 000 pièces qui a appartenu à l’homme d’État français Georges Clemenceau (1841-1929), confèrent aussi à cette collection un caractère unique.

Art africain

La collection d’art africain réunit 565 pièces originaires majoritairement de la région subsaharienne. Elle a été fondée en 1940 par le conservateur F. Cleveland Morgan, qui a acheté le premier artéfact pour le Musée : un masque en bronze du Bénin. La collection s’est enrichie de façon significative en 1975 grâce à une donation de quelque 500 pièces, réunies par le prêtre jésuite Ernest Gagnon.

Art islamique

Le MBAM détient une collection remarquable de quelque 300 pièces islamiques, originaires du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, d’Espagne, d’Asie centrale et d’Asie du Sud. Cette collection couvre la plupart des périodes importantes et des dynasties. Elle est présentée en un parcours à la fois géographique et chronologique, portant autant sur des objets du monde arabe que sur plusieurs siècles d’art persan, mettant en lumière l’une des forces de la collection aussi bien que le goût régnant au temps où elle a été constituée, la première moitié du XXe siècle. Comprenant verre et métaux ouvrés, textiles, tapis, manuscrits, miniatures et céramique, la collection a été constituée d’œuvres de grande qualité dès la première moitié du XXe siècle, grâce essentiellement aux acquisitions du conservateur du Musée F. Cleveland Morgan. Figurent au nombre des pièces marquantes des céramiques iraniennes de la période médiévale dont la beauté et la variété attestent de la riche créativité des potiers de cette époque et révèlent les nouvelles techniques d’ornementation issues de l’invention de la céramique frittée, ou pâte siliceuse. Des objets turcs, indo-islamiques et espagnols, mais aussi un bol d’argent et un plumier aux incrustations d’or, les deux seuls objets en provenance de l’Inde et datant du XVIIIe siècle, sont exposés pour la première fois au Musée.

Visitez la collection au pavillon Michal et Renata Hornstein.

Raffiner

Type de vue
Trier par
Objets
Époques
Go