Alexander Calder

Un inventeur radical

Du 22 septembre 2018 au 24 février 2019

Première rétrospective canadienne d’envergure consacrée à l’Américain Alexander Calder (1898-1976), cette exposition présente l’oeuvre de l’un des plus grands artistes du XXe siècle. Elle s’intéresse particulièrement au talent d’inventeur de ce peintre et sculpteur.

Par l’usage avant-gardiste d’objets trouvés et de matériaux industriels tels que le fil de fer et la tôle, Calder défie les conventions artistiques et réinvente la nature même du dessin et de la sculpture. En introduisant dans la sculpture la quatrième dimension – le temps –, son invention du mobile transforme complètement la façon dont les objets animent l’espace, ouvrant ainsi, selon lui, « une nouvelle possibilité de beauté ». Il a créé par ailleurs des oeuvres abstraites fixes, baptisées « stabiles » par Jean Arp, en 1932. De Paris à New York, et plus tard à Montréal, avec Trois disques (Homme) créée pour l’Expo 67, Calder fréquente des artistes et des intellectuels de tout premier plan (Cocteau, Duchamp, Le Corbusier, Léger, Mondrian, Miró, Prévert, Sartre et Varèse…) avant de trouver sa propre place comme précurseur de l’avant-garde internationale.

Parmi une centaine d’oeuvres, des prêts majeurs sont présentés qui illustrent la grande variété des moyens d’expression de cet artiste ingénieux : peintures, dessins, figurines de cirque en fil de fer, mobiles posés et suspendus, stabiles de tôle et bijoux.

L’exposition est organisée et mise en tournée par le Musée des beaux-arts de Montréal en collaboration avec la Fondation Calder. Elle est présentée grâce au soutien de la Terra Foundation for American Art et de Pembroke.

Le commissariat est assuré par Elizabeth Hutton Turner, commissaire scientifique, et Anne Grace, conservatrice aux expositions du MBAM, sous la direction de Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM.

Itinérance : National Gallery of Victoria, Melbourne (5 avril – 4 août 2019)