Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Jean Paul Riopelle (1923-2002), Paysage, 1971, acrylique sur lithographie marouflée sur toile, 160 x 120 cm. Collection Champlain Charest. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2019)
Jean Paul Riopelle (1923-2002), Paysage, 1971, acrylique sur lithographie marouflée sur toile, 160 x 120 cm. Collection Champlain Charest. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2019)
21 novembre 2020 – 21 mars 2021

Riopelle

À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones

À compter du 21 novembre 2020, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) consacrera une exposition d’envergure à Jean Paul Riopelle (1923-2002), figure majeure de l’art moderne canadien, québécois et international. Fruit de recherches inédites, cette présentation explorera, au travers de près de 175 œuvres et de plus de 200 artefacts et documents d’archives, l’intérêt de l’artiste pour la nordicité et l’autochtonie. Elle jettera un nouvel éclairage sur sa production des années 1950 et 1970, en retraçant les voyages et les influences qui ont nourri son intérêt pour les territoires nordiques et les communautés autochtones d’Amérique du Nord.

L’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones dévoile un artiste imprégné par l’intérêt des surréalistes pour les arts non occidentaux, influencé par son ami et collectionneur Georges Duthuit ainsi que par la lecture des travaux d’anthropologues et d’ethnologues tels que Marius Barbeau, Jean Malaurie et Claude Lévi-Strauss.

Elle rend compte de l’influence des voyages de chasse et de pêche faits par Riopelle au cours des années 1970 dans le Nord et le Grand Nord du Québec et du Canada, en compagnie du Dr Champlain Charest, propriétaire d’un hydravion, dont témoignent entre autres les séries Jeux de ficelles (1971-1972), Rois de Thulé (1973) et Icebergs (1977). S’appuyant sur une approche interculturelle, elle fait un parallèle inédit entre les œuvres de Riopelle et certaines sources qui l’ont inspiré, notamment une sélection de masques inuits et d’œuvres des Premières Nations du nord-ouest de la côte pacifique.

Des œuvres inédites ou restaurées

Suivant un parcours chronologique aussi bien que thématique, l’exposition réunit près de 110 œuvres de Riopelle (peintures, sculptures et œuvres sur papier) issues de la collection du MBAM et d’une cinquantaine de collections institutionnelles et particulières canadiennes, américaines et françaises. Elle comprend notamment deux œuvres majeures récemment restaurées, la sculpture monumentale Fontaine (1964-1977), présentée pour la toute première fois, ainsi que l’imposant tableau Point de rencontre (1963), seule commande réalisée par l’artiste, jusqu’ici exposée à l’Opéra Bastille de Paris. Elle donne par ailleurs à voir une aquarelle de Riopelle datant de 1946 ayant appartenu à André Breton, une série méconnue de remarquables œuvres sur papier à la pointe d’argent, ainsi que plusieurs œuvres majeures parmi lesquelles Blizzard Sylvestre (1953), L’étang – Hommage à Grey Owl (1970), D’un long voyage (1973) et Pangnirtung (1977). Des artefacts et une vaste sélection de documents (photographies, vidéos et extraits de correspondances inédits) permettent de contextualiser la production de l’artiste.

S’ajoutent à cet ensemble des œuvres historiques des communautés yup’ik, kwakwaka’wakw et tlingit, entre autres, en tant que sources pour l’imaginaire riopellien, et celles d’artistes inuit, contemporains tels que Luke Akuptangoak, Noah Arpatuq Echalook, Mattiusi Iyaituk et Pudlo Pudlat, de même que l’Atikamekw César Newashish. D’autres encore, tel Beau Dick, invitent à élargir notre regard à la créativité autochtone actuelle. À cet égard, l’exposition intègre une commande faite à l’artiste tlingit Alison Bremner, Ceremonial Wealth (2020), ainsi qu’une nouvelle acquisition du MBAM, A Gift from Doreen [Un cadeau de Doreen] (2016-2019) de l’artiste cri Duane Linklater.

Crédits et commissariat

Une exposition conçue, organisée et mise en tournée par le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Le commissariat est assuré par Andréanne Roy et Yseult Riopelle, commissaires invitées, ainsi que par Jacques Des Rochers, conservateur de l’art québécois et canadien (jusqu’à 1945), MBAM.

Remerciements

L’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones est présentée par Hydro-Québec et rendue possible grâce à la généreuse contribution de la Fondation Audain. Ce projet est financé par le gouvernement du Canada et reçoit le soutien de ses partenaires, Hatch, la Fondation Jean Paul Riopelle, la maison de vente aux enchères Heffel et Tourisme Montréal.

Le Musée reconnaît l’apport essentiel de ses commanditaires officiels, Air Canada et Peinture Denalt, du Cercle des Anges du MBAM, et de ses partenaires médias : Bell, La Presse et Montreal Gazette.

L’exposition bénéficie de la générosité du ministère du Patrimoine canadien dans le cadre du Programme d’indemnisation pour les expositions itinérantes au Canada. Le Musée exprime sa profonde gratitude au ministère de la Culture et des Communications, au Conseil des arts du Canada et au Conseil des arts de Montréal pour leur soutien constant.

logo du Musée des beaux-arts de Montréal
Un présentation de
Hydro Québec
Grand partenaire public
Gouvernement du Canada
Grand mécène
Fondation Audain
En collaboration avec
Logo Hatch
Fondation Riopelle
Heffel
Cercle des Anges
Commanditaires officiels
Air Canada
Denalt
Partenaires médias
Bell
La Presse
Montreal Gazette
Partenaires publics
Conseil des arts de Montréal
Conseil des arts du Canada
Gouvernement du Québec
Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.