Skip to contentSkip to navigation

Max Klinger

Mère morte
Planche 10 de la série « Vom Tod » [De la mort], deuxième partie (Opus XIII)

Artiste(s)

Max Klinger
Leipzig 1857 – Grossjena (Allemagne) 1920

Titre

Mère morte
Planche 10 de la série « Vom Tod » [De la mort], deuxième partie (Opus XIII)

Date

1889, imprimée 1895

Matériaux

Eau-forte, aquatinte, 5e ou 6e état sur 7

Dimensions

55,4 x 40,5 cm (feuille), 46,1 x 35,6 cm (cuvette)

Crédits

Achat, fonds Wake Robin à la mémoire de Nelo St.B. Harrison, inv. 2000.17

Collection

Arts graphiques

Max Klinger est étroitement associé au mouvement symboliste. Son œuvre gravé propose à un large public des compositions audacieuses d’une étonnante virtuosité. À preuve, Mère morte, de la série « Vom Tod » [De la mort], où eau-forte et gravure atteignent à un effet dramatique qui ne laisse pas de surprendre. La mort en tant que sujet artistique obsède Klinger dès l’âge de dix-sept ans. Le sujet s’inscrit dans une riche tradition allemande qui a sa source chez les premiers graveurs de la fin du XVe siècle. La mort – tantôt ironique, parfois macabre – occupe une place de choix dans l’œuvre gravé de Klinger. Dans Mère morte, l’artiste évoque également la transformation et la régénération. La mère est manifestement morte en donnant naissance à son enfant. La tête, perpendiculaire à l’oreiller, donne un aspect irréel au corps allongé sur le sarcophage. La sensibilité symboliste de Klinger se manifeste dans la juxtaposition de l’architecture d’église, au rendu méticuleux, s’ouvrant sur la forêt, à l’évocation de la vie et de l’éternité (la mer miroitante au lointain) contrastant avec l’aridité de la zone sous le sarcophage.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la Salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.