Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour

Serviteur funéraire (oushebti)

Lieu

ÉGYPTE

Période

Basse Époque, 26e dynastie (664-525 AEC)

Titre

Serviteur funéraire (oushebti)

Matériaux

Faïence bleue

Dimensions

8,9 x 2,7 x 1,7 cm

Crédits

Don de Paule Regnault, inv. 2003.212

Collection

Archéologie et cultures du monde

Les plus anciennes attestations de serviteurs funéraires datent du début de la onzième dynastie. Ces figurines portent à l’origine
le nom de chaouabti. D’abord en cire, puis sculptés dans le bois
ou l’albâtre, ces serviteurs étaient censés remplacer le corps
du défunt si celui-ci venait à disparaître ou à être endommagé. La racine chaouab désigne le persea, un arbre fruitier, ce qui laisse supposer que les statuettes étaient au départ réalisées en bois.
C’est au cours de la douzième dynastie que la fonction de remplaçant de corvée sera attribuée aux statuettes, qui deviendront alors très populaires. Le terme oushebti, qui signifie « répondant » – de ousheb, « réponse » –, apparaît alors que Pinedjem II était grand-prêtre d’Amon (vers 990-969 avant notre ère). À l’origine, le nombre de figurines funéraires était modeste, mais durant le premier millénaire avant notre ère, certains défunts seront accompagnés de plus de 400 statuettes : 365 répondants (un pour chaque jour de l’année), supervisés par 36 responsables.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.