Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Présentement exposée en salle
Théodore Chassériau

Jeune fille pleurant sur une stèle ou Le Souvenir

Artiste(s)

Théodore Chassériau
Sainte-Barbe-de-Samana (République dominicaine) 1819 – Paris 1856

Titre

Jeune fille pleurant sur une stèle ou Le Souvenir

Date

1840

Matériaux

Huile sur toile

Dimensions

61,2 x 50,1 cm

Crédits

Achat, fonds de la Campagne du Musée 1988-1993, inv. 2010.42

Collection

Art occidental

Chassériau est un artiste étonnamment précoce, dont la vocation et le talent lui valent d’être admis à onze ans dans le prestigieux atelier d’Ingres, le tout-puissant tenant du classicisme contre le romantisme d’un Delacroix. Le jeune peintre reçoit le soutien enthousiaste du poète et critique Théophile Gautier. Il découvre le romantisme, admire Delacroix et s’émancipe de l’influence de son maître. Parfois appelé Le Souvenir, une jeune fille cache pudiquement ses sanglots, sa splendide chevelure blonde ruisselant sur sa draperie à l’antique, laissant présager sa beauté. Dans cette aurore ou cette fin de jour, le soleil rougeoie au travers des troncs noueux d’oliviers où grimpe le lierre, symbole de fidélité éternelle. Ni pensive Mélancolie, ni pleureuse voilée, deux figures qui connaissent un regain de mode en ce siècle languissant, il s’agit ici plutôt d’une Douleur. Moins grec et plus oriental, le romantisme sensuel et étincelant toujours plus affirmé de Chassériau fera sa gloire avant qu’une maladie ne le fauche à trente-sept ans seulement.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.