Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Luke Anguhadluq

Sans titre (Femme au « kakivak » et à l’« ulu »)

Artiste(s)

Luke Anguhadluq
Chantrey Inlet (Nunavut) 1895 – Baker Lake (Nunavut) 1982Actif à Baker Lake

Titre

Sans titre (Femme au « kakivak » et à l’« ulu »)

Date

Première moitié des années 1970

Matériaux

Crayon de couleur

Dimensions

77,6 x 58 cm

Crédits

Don de Léo Rosshandler, inv. 2012.30

Collection

Arts graphiques

Luke Anguhadluq a longtemps observé le mode de vie traditionnel des Utkuhikhalingmiut de la région de Back River, au Nunavut, où il s’impose comme un chef de campement largement respecté. À la fin des années 1950, une famine force Anguhadluq et sa famille à s’installer à Baker Lake. Fidèle aux traditions, il vit à l’extérieur de la communauté, dans des tentes et des iglous, jusque vers 1967, date à laquelle il se met au dessin pour subvenir aux besoins de sa famille. Il ne tarde pas à être reconnu comme un des grands artistes de la mémoire inuite.


Les dessins d’Anguhadluq décrivent tous les aspects imaginables de la vie traditionnelle : chasse et pêche, vie dans les camps, animaux, figures solitaires ou groupes de personnes en costume traditionnel, chamans et danses au tambour. Il invente son propre système de perspective, présentant figures et objets sous des points de vue idéalisés, à différentes époques et selon leur importance respective. Le symbolisme occupe une place de choix dans son œuvre : kakivak (harpon en forme de trident), ulu (couteau à la lame arrondie réservée aux femmes), tambour, visages de femme tatoués et vêtements s’imposent comme autant de marqueurs d’identité et de sens.


Typique du style de maturité d’Anguhadluq, ce dessin représente une femme d’âge mûr vêtue d’un costume en peau traditionnel. Les détails des vêtements – rabat en pointe, épaules larges et capuchon – sont ici démesurées. Il est à noter, que les pieds et les bras de la femme, ainsi que le kakivak et l’ulu sont au contraire minimisés. En revanche, la tête et les tatouages de la femme sont amplifiés, laissant croire qu’il s’agit d’un portrait. Le choix des couleurs vives et dénaturées n’appartient pas à Anguhadluq, il est caractéristique de l’art graphique de Baker Lake.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.