Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Charles Stankievech

L’éther sonifère des terres au-delà des terres au-delà

Artiste(s)

Charles Stankievech
Né à Okotoks (Alberta) en 1978

Titre

L’éther sonifère des terres au-delà des terres au-delà

Date

2013

Matériaux

Installation filmique en 35 mm noir et blanc sonore, 2 horloges, 1 disque de vinyle 33 tours, lettres métalliques

Dimensions

Durée : 10 min., 3,4 x 10 x 7,6 m (approx.)

Crédits

Achat, fonds de la Campagne du Musée 1988-1993, inv. 2014.67

Collection

Art québécois et canadien

En novembre 2011, l’artiste canadien Charles Stankievech obtient des Forces armées canadiennes de résider à la station Alert, dans le territoire du Nunavut. Située à l’extrémité nord de l’île d’Ellesmere, au 82e parallèle, elle constitue l’établissement humain le plus septentrional de la planète.


La Station des Forces canadiennes (SFC) Alert fut construite au début des années 1950, en pleine guerre froide. Elle servit de station météorologique, de camp de base pour des expéditions polaires, et surtout, de poste d’espionnage pour les Canadiens et Américains. Au faîte de son activité, plus de deux cents personnes y travaillaient. La SFC Alert fut également la scène d’au moins trois écrasements d’avion, dont les décombres jonchent encore le paysage environnant.


Tournées sur des temps très longs, puis transférées sur une pellicule 35 mm, les images de L’éther sonifère des terres au-delà des terres au-delà sont empreintes d’une qualité mécanique, comme si quelque être extraterrestre se promenait dans les ruines d’une station abandonnée par ses habitants. La trame sonore, qui mêle bruits d’émission de signaux électroniques, fragments de conversations codées et extraits du premier enregistrement (1955) des Variations Goldberg de J.S. Bach par Glenn Gould, renforce cette impression de science-fiction.


Le titre « l’éther sonifère » est emprunté à un passage de L’Arc-en-ciel de la gravité (1973) de l’écrivain américain Thomas Pynchon, où il imagine un éther empli des sons de l’univers. « Des terres au-delà des terres au-delà » est une adaptation de la devise de la station en inuktitut, « Inuit Nunangata Ungata », qui signifie « Par delà la terre des Inuits ». Deux horloges identiques à celles filmées dans la station, l’une fonctionnant à l’électricité produite par la station (AC), l’autre à piles (DC), la pochette du disque d’où proviennent les extraits joués par Glenn Gould ainsi que le projecteur 35 mm qui diffuse le film complètent l’installation.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.