Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Présentement exposée en salle
Gabriel Max

La Résurrection de la fille de Jaïre

Artiste(s)

Gabriel Max
Prague 1840 – Munich 1915

Titre

La Résurrection de la fille de Jaïre

Date

1878

Matériaux

Huile sur toile

Dimensions

123,3 x 180,4 cm

Crédits

Don de Lord Atholstan, inv. 1920.117

Collection

Art occidental

Quand Jaïre, l’un des chefs de synagogue, prie Jésus de sauver sa fille, il répond : « Pourquoi ce tumulte et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort ». Il ajoute : « Talitha cumi » (mal orthographié sur le cadre original), qui signifie « Fillette, je te le dis, lève-toi ». Dans l’alcôve étouffante, le miracle se produit : les paupières de la morte remuent, ses joues rosissent, tandis que la pâleur cadavérique de son corps et le détail macabre de la mouche posée sur son bras rappellent l’outre-tombe. La palme et la couronne de roses sont les symboles imagés de la victoire sur la mort et de l’innocence de la Vierge. Le contraste entre l’ombre mystérieuse du Christ et la lumière divine qui auréole la ressuscitée confère un sens spirituel et dynamique à ce passage d’une nature à l’autre. Max, peintre et professeur réputé, formé dans les académies de Prague et de Vienne, renvoie à Rembrandt et au Caravage. Mêlant subtilement symbolisme et réalisme, l’œuvre conjugue le double penchant de l’artiste pour l’occultisme et le spiritisme, ainsi que pour les sciences de l’histoire naturelle. Présenté à l’Exposition universelle de Paris en 1878, ce tableau est perçu comme une tentative de renouveler la grande peinture religieuse, alors déclinante.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.