Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Rebecca Belmore

Sculpture

Artiste(s)

Rebecca Belmore
Née à Upsala (Ontario) en 1960

Titre

Sculpture

Date

2011

Matériaux

Veste en coton, cheveux synthétiques, perles, Hydrocal

Dimensions

72 x 212 x 97 cm (approx.)

Crédits

Achat, fonds commémoratif Louise Lalonde-Lamarre, inv. 2017.52

Collection

Art québécois et canadien

En 2005, Rebecca Belmore représente le Canada à la Biennale de Venise. Figure internationalement reconnue pour son travail performatif et installatif, elle s’intéresse aux notions d’histoire, de
lieu et d’identité. Mixed Blessing témoigne de la méconnaissance et de la marginalisation des peuples autochtones tout comme des artistes plasticiens. Son personnage agenouillé semble cloué au sol, humilié par les mots insultants inscrits en croix dans son dos : Fuckin’ Indian / Fuckin’ Artist. Cette figure prosternée produit un effet d’ambiguïté inconfortable notamment par la position des mains, paumes vers le haut, évoquant tout autant la mendicité, l’imploration dévote que la figure repentante. La chevelure abondante qui recouvre son corps fait disparaître son identité : selon Belmore, ce personnage incarne le statut de tous les autochtones et, même, de tous les artistes.


La figure repentante de Marie-Madeleine est emblématique dans
l’iconographie catholique. Cette sainte populaire est une ancienne
prostituée repentie et convertie. Le tableau de Sainte Marie Madeleine au désert (1784), du peintre néoclassique Jean-Joseph Taillasson, donne à voir les attributs de la recluse : la chevelure abondante; le précieux vase de parfum dont elle oignit les pieds du Christ; la cassette de bijoux renversée rappelant son passé de courtisane; les perles symbolisant la luxure, mais aussi les larmes versées sur ses errements d’autrefois, et sa pureté retrouvée. Chez Belmore, la longue chevelure noire symbolise l’autochtone libre, avant que la colonisation ne l’oblige à couper ses cheveux; quant au rang de perles rouges (allusion probable à un rang de wampun), il rappelle les sacrifices et violences auxquels sont soumis les autochtones et les artistes.

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.