Skip to contentSkip to navigation
Devenez Membre
Voir l'horaire de la journée
Visitez le MBAM gratuitement en devenant Membre
En savoir plus
Retour
Présentement exposée en salle
Joseph Légaré

Martyre de Françoise Brunon-Gonannhatenha

Artiste(s)

Joseph Légaré
Québec 1795 – Québec 1855

Titre

Martyre de Françoise Brunon-Gonannhatenha

Date

1827-1828

Matériaux

Huile sur papier fort

Dimensions

38,8 x 30,5 cm

Crédits

Achat, legs Horsley et Annie Townsend, inv. Dr.1979.16

Collection

Art québécois et canadien

Légaré, le premier peintre d’histoire né au pays, a puisé au répertoire d’autres artistes durant toute sa carrière, intégrant certains de leurs motifs à ses compositions originales. Dans cette première peinture profane connue, le personnage agenouillé au premier plan est emprunté à une gravure de Lucas Vorsterman, d’après un tableau de Pierre Paul Rubens, le Martyre de saint Laurent. Ici, seule la position de la main gauche est modifiée et le panier est remplacé par un brandon. Au premier plan à gauche, la figure de Talasco, chef iroquois et père de la martyre, rappelle également celle de la gravure. La figure de la martyre est calquée sur la Léda de la gravure Jupiter et Léda réalisée par Philippe Trière d’après un tableau d’Andrea del Sarto. Le motif de l’arbre, qui sert de repoussoir aux figures, évoque certaines œuvres de Salvator Rosa.


Le sujet de cette composition est tiré d’un extrait de l’Histoire et description générale de la Nouvelle-France (Paris, 1744) du jésuite Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761) publié en 1827 dans La Bibliothèque canadienne. On y relate le martyre d’une jeune Iroquoise récemment convertie au catholicisme qui refuse d’abjurer sa nouvelle foi. Françoise se tourne vers son père et s’écrie : « […] une martyre chrétienne peut souffrir avec autant de courage que le plus fier captif de votre tribu », ce à quoi Talasco répond : « le pur sang des Iroquois coule dans ses veines : préparez le bûcher : les ombres de cette nuit couvriront ses cendres. » Excédé d’entendre sa fille continuer de prêcher le mérite de son supplice, à l’image de celui du Christ, Talasco « sauta sur le bûcher, et lui arrachant des mains le crucifix, il tira son couteau de son ceinturon, et lui fit sur le sein une incision en forme de croix. »

Une touche de culture dans votre boîte courriel
Abonnez-vous à l'infolettre du Musée

Inscription à l'infolettre de la salle Bourgie

Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation et à des fins promotionelles. Pour plus d’informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité des données.