Paris au temps du postimpressionnisme :
Signac et les Indépendants

À l'affiche dès la réouverture du Musée

En mars 2020, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) transporte ses visiteurs dans le Paris du XIXe et du XXe siècle, en compagnie des plus grands maîtres du postimpressionnisme.

Paris, 1900 : une révolution s’engage au temps de la Belle Époque. « L’art pour tous ! », clament les artistes qui exposent « sans jury ni récompense ». Cofondateur du Salon des Indépendants, Paul Signac (1863-1935) s’impose comme le théoricien des « impressionnistes dits scientifiques ». Il divise la couleur en taches pures et serrées sur la toile pour que la forme surgisse du mélange optique. Il ambitionne un art total entre le paradis perdu de l’âge d’or et l’utopie sociale. Il défend une peinture positiviste, promoteur d’une modernité technique et politique. Ses compagnons répandent le style « pointilliste » comme une traînée de poudre de Paris à Bruxelles : les « néos » exaltent les lendemains qui chantent. L’artiste pose en intellectuel engagé, sous la plume de critiques tels que Fénéon, à l’époque de l’affaire Dreyfus.

L’exposition invite à découvrir un corpus grandiose de 500 peintures et œuvres graphiques tirées d’une collection privée d’exception pour la première fois exposée dans son ensemble. Il s’agit de la plus importante en œuvres signées par Paul Signac, mais aussi des avant-gardes, des impressionnistes (Monet et Morisot) aux fauves (Dufy, Friesz, Marquet), des symbolistes (Gauguin, Mucha, Redon), nabis (Bonnard, Denis, Lacombe, Sérusier, Ranson, Vallotton) et néoimpressionnistes (Cross, Guillaumin, Luce, Pissarro, Seurat, Van Rysselberghe), témoins de la vie parisienne (Anquetin, Degas, Lautrec, Picasso, Steinlen).

Ces œuvres – ou chefs-d’œuvre – réunis prennent pour point de départ le premier Salon des Indépendants de 1884. Près d’une centaine de créations de Signac permettent d’approfondir les connaissances au sujet de la quête d’harmonie des couleurs et sociale de l’artiste, et d’autres mouvements nés dans les bouleversements de l’époque, tels que le symbolisme, le nabisme, le fauvisme et le cubisme.

Crédits et commissariat

Une exposition organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Sous la direction de Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, le commissariat est assuré par Gilles Genty, commissaire invité, et Mary-Dailey Desmarais, conservatrice de l’art moderne et contemporain international, MBAM. Une présentation d’Hydro-Québec, en collaboration avec Tourisme Montréal. Partenaire officiel : Cercle des Anges du MBAM.