Leila Alaoui : « No Pasara »

    Jusqu'au 30 avril 2017

  • Leila Alaoui (1982-2016), photo de la série « No Pasara » [Vous ne passerez pas], 2008, impression à jet d’encre. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech (Maroc) ; Galleria Continua, San Gimignano (Italie), Beijing (Chine), Les Moulins (France) et La Havane (Cuba) ; et VOICE Gallerie, Marrakech (Maroc).
  • Leila Alaoui (1982-2016), photo de la série « No Pasara » [Vous ne passerez pas], 2008, impression à jet d’encre. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech (Maroc) ; Galleria Continua, San Gimignano (Italie), Beijing (Chine), Les Moulins (France) et La Havane (Cuba) ; et VOICE Gallerie, Marrakech (Maroc).
  • Leila Alaoui (1982-2016), photo de la série « No Pasara » [Vous ne passerez pas], 2008, impression à jet d’encre. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech (Maroc) ; Galleria Continua, San Gimignano (Italie), Beijing (Chine), Les Moulins (France) et La Havane (Cuba) ; et VOICE Gallerie, Marrakech (Maroc).

L’exposition Leila Alaoui : No Pasara est présentée pour commémorer le décès de cette artiste émergente qui a succombé à l’attentat perpétré par Al-Qaïda à Ouagadougou au Burkina Faso, le 15 janvier 2016. Elle s’y trouvait pour réaliser un reportage sur les droits des femmes, dans le cadre d’une mission photographique d’Amnistie internationale. Le titre reprend le célèbre slogan antifasciste pendant la guerre civile espagnole « No Pasarán » [¡Ils ne passeront pas!].

L’œuvre de Leila Alaoui, photographe et vidéaste franco-marocaine, résulte de son observation du monde à partir d’une démarche critique. Elle s’exprime par le portrait et l’essai photographique ou vidéographique documentaire pour explorer la diversité culturelle et la migration en Méditerranée. Dès son premier projet, No Pasara, Alaoui démontre son engagement humanitaire et son sens de l’altérité. Cette série de 24 images commandée par l’Union européenne en 2008, dont le titre signifie « Vous ne passerez pas », présente de jeunes Marocains imaginant un eldorado de l’autre côté de la Méditerranée. Elle se déplace de Béni Mellal, au centre du pays, jusqu’aux villes portuaires de Nador et Tanger où elle se familiarise avec la migration clandestine. Telle une ethnographe, elle se fait observatrice, à l’écoute de ses sujets avant d’immortaliser leurs états d’âme. Déterminée à comprendre cette nécessité de quitter le pays natal, elle expérimente même le trajet en barque avec trois harraga (brûleurs de frontière) qui ont échoué leur traversée.

 

  • Leila Alaoui (1982-2016), photo de la série « No Pasara » [Vous ne passerez pas], 2008, impression à jet d’encre. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech (Maroc) ; Galleria Continua, San Gimignano (Italie), Beijing (Chine), Les Moulins (France) et La Havane (Cuba) ; et VOICE Gallerie, Marrakech (Maroc).
  • Leila Alaoui (1982-2016), photo de la série « No Pasara » [Vous ne passerez pas], 2008, impression à jet d’encre. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech (Maroc) ; Galleria Continua, San Gimignano (Italie), Beijing (Chine), Les Moulins (France) et La Havane (Cuba) ; et VOICE Gallerie, Marrakech (Maroc).

Leila Alaoui capture l’essence de cette jeunesse désespérée grâce à une esthétique riche en émotions où une image vaut mille mots. La mer s’insinue dans ses compositions soignées, particulièrement en arrière-plan, mais aussi la pauvreté et l’aridité des lieux visités. Assis, couchés ou debout, les jeunes sont représentés souvent pensifs, le regard vers l’ailleurs ou nous tournent tout simplement le dos, devenant autant de métaphores de l’inaccessible. D’autres portent des chandails aux inscriptions exotiques : France, España et Andalucía. Au départ, la photographe refuse de vendre les œuvres de ce corpus pour des raisons d’éthique, résistant à l’idée d’exploiter ses sujets. Aujourd’hui, une partie des ventes est versée aux migrants photographiés.

 

 

  • Portrait de Leila Alaoui. Photo © Augustin Le Gall. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech

L’exposition est organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech (Maroc) ; Galleria Continua, San Gimignano (Italie), Beijing (Chine), Les Moulins (France) et La Havane (Cuba) ; ainsi que VOICE Gallerie, Marrakech (Maroc). Nous tenons à remercier Youssef Fichtali pour sa contribution à la réalisation de l’exposition ainsi que BMO Groupe financier, le Cercle Forces Femmes du Musée et Air Canada pour leur soutien.

Ci-contre : Portrait de Leila Alaoui. Photo © Augustin Le Gall. Avec l’aimable concours de la Fondation Leila Alaoui, Marrakech

 

Témoignage

Consultez le témoignage de Selwa Abou-el-aazm qui a rendu hommage à Leila Alaoui lors du vernissage de l’exposition « No pasara » le 16 janvier dernier. Pour en connaître plus sur le travail de Leila Alaoui consultez la vidéo.

 

  • Ils en parlent

    La vie fauchée de la photographe Leila Alaoui

    Radio-Canada