Love Is Love

Le mariage pour tous selon Jean Paul Gaultier
Créations haute couture et prêt-à-porter

27 mai 2017 – 9 octobre 2017

Billet

L’achat d’un billet pour l’exposition Love Is Love donne également accès aux grandes expositions Chagall : couleur et musique (jusqu’au 11 juin) et Révolution, « You Say You Want a Revolution » (du 17 juin au 9 octobre).

L’installation LOVE IS LOVE réunit les plus belles créations nuptiales de Jean Paul Gaultier autour d’un gigantesque gâteau de mariage. Exceptionnelles par l’audace de leurs formes et le raffinement de leur confection, elles témoignent de l’excentricité de ce couturier hors-norme, réputé pour ses silhouettes spectaculaires, et de sa vision humaniste et inclusive. C’est une célébration du mariage qui rassemble tous les couples hétérosexuels, homosexuels, interculturels et interraciaux, pour fêter l’amour dans la diversité et la paix.

Photo MBAM, Denis Farley

En 2011, le MBAM présentait La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles, la première exposition internationale consacrée au célèbre couturier. Conçue par le MBAM en collaboration avec la Maison Jean Paul Gaultier, elle a conquis plus de deux millions de visiteurs dans 12 villes à travers le monde (Montréal, Dallas, San Francisco, Madrid, Rotterdam, Stockholm, New York, Londres, Melbourne, Paris, Munichet Séoul) ; un record pour une exposition de mode !

« La tournée de l’exposition La planète mode de Jean Paul Gaultier m’a permis de montrer mes créations à travers le monde. Cette initiative du MBAM a été ce que j’appelle mon plus grand défilé de mode. Comme la tradition veut que les défilés de haute couture se terminent avec la mariée, et afin de remercier les Québécois de leur enthousiasme pour mon travail, mais également l’équipe créative du MBAM derrière cette tournée record, le bouquet final devait se faire avec mes plus belles robes de mariée, la plupart exposées pour la première fois en exclusivité à Montréal. Love is Love, vive les marié(e)s ! » — Jean Paul Gaultier

Une scénographie unique

LOVE IS LOVE est mise en valeur par une scénographie audiovisuelle et musicale spectaculaire qui célèbre l’imagination débridée de Jean Paul Gaultier et ses vingt ans de haute couture.

Présentés en exclusivité à Montréal, les 36 robes et habits de noces de l’exposition ont été réalisés entre 1990 et 2017. Déployés autour d’un gâteau de mariage monumental, ils habillent des mannequins animés par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin de la compagnie montréalaise de théâtre d’avant-garde UBU.  Melissa Auf der Maur, Virginie Coossa, Suzie Leblanc, Ève Salvail et Jean Paul Gaultier comptent parmi les personnalités qui ont prêté leur visage et leur voix à ces mannequins fournis par JoliCœur International.

Le Néerlandais Jurgen Bey du Studio Makkink & Bey complète la mise en scène par une installation de meubles et d’objets-cocons entièrement recouverts d’une membrane élastique immaculée.

Un engagement social

Installation tout à la fois festive et porteuse d’un message humaniste et pacifique, LOVE IS LOVE reflète l’engagement continu de Jean Paul Gaultier et du MBAM dans la promotion de la diversité et dans la lutte contre l’homophobie. Son titre est un clin d’œil au discours prononcé le 26 juin 2015 par Barack Obama, alors président des États-Unis, qui annonçait la légalisation du mariage homosexuel dans tous les États américains.

Des créations haute couture hors-norme

La tradition de clore les défilés de haute couture avec la mariée est introduite par Christian Dior en 1949. Elle sera suivie par d’autres maisons, notamment Lanvin et Balmain.

Défenseur de la diversité, Jean Paul Gaultier a revisité la classique robe blanche. Dès ses débuts en 1976 avec sa ligne de prêt-à-porter, celui qu’on surnommait « L’enfant terrible de la mode » a présenté des créations nuptiales spectaculaires qui ont bousculé avec humour les codes vestimentaires et les stéréotypes :

  • en 1990, le voile de la mariée est attaché à l’ensemble du décor qui tombe à la fin du défilé ;
  • en 1992, une coiffe créée avec des rouleaux de papier hygiénique se déroule sur le podium tel un voile ;
  • en 2005, il crée pour sa collection Hommage à l’Afrique un bouclier-voile, tel un masque tribal, recouvert de tulle plissé ;
  • en 2013, il rend hommage à David Bowie avec sa collection Ashes to Ashes et la combinaison finale en faille de soie volantée de tulle brodé de cristaux Swarovski ;
  • en 2015, faisant suite au débat de 2013, en France, sur la question du mariage pour tous, un bustier-traîne garni d’une coiffure pièce-montée en bigoudis pour sa collection 61 façons de se dire oui devient le thème de la saison avec des tenues nommées « To be or not to bi », « Jamais avant le mariage » et « La mariée bipolaire ».

Croyant fermement en l’égalité des droits, Gaultier présente, en 2006, sa collection Le Mariage homosexuel : sa muse Tanel Bedrossiantz referme le spectacle avec son « mari ». En 2011, la Québécoise Ève Salvail clôt le défilé en mariée « Black Swan », portant une robe corset drapée 3D. Et pour sa collection Punk Cancan, la mariée est un homme.

Activités culturelles

Dans le cadre de cette exposition, le Musée propose une programmation variée de films, de conférences et de concerts, ainsi que des visites guidées et des activités pour les familles. Ces activités sont pour la plupart gratuites.

Si vous désirez enrichir votre expérience au Musée, n’hésitez pas à consulter les différentes rubriques de notre calendrier culturel :

CINÉMA

CONFÉRENCES

CONCERTS

VISITES GUIDÉES

ACTIVITÉS FAMILLE

 

Publications

Un important ouvrage monographique, le premier sur Jean Paul Gaultier, a été publié en 2011 par les Éditions scientifiques du Musée des beaux-arts de Montréal, sous la direction de Thierry-Maxime Loriot, et en collaboration avec les Éditions de La Martinière pour la version française, Abrams pour la version anglaise et la Fundación Mapfre pour la version espagnole. Le graphisme a été confié à l’agence montréalaise Paprika.

Présenté sous forme de coffret, ce livre d’art de grand format (424 pages, plus de 550 illustrations) propose une iconographie souvent inédite grâce à la collaboration des plus grands photographes de mode et de la Maison Jean Paul Gaultier.

Très complet, il rassemble des documents d’archives et plus d’une cinquantaine d’entrevues sollicitées pour cette occasion auprès des principaux collaborateurs et muses de Jean Paul Gaultier, ainsi que des artistes pour lesquels il a créé des costumes. Il comprend également deux entretiens avec le créateur ainsi qu’une entrevue avec Valerie Steele, historienne de la mode et directrice du Museum at FIT (Fashion Institute of Technology), New York. Un essai rédigé par Suzy Menkes, journaliste de mode et rédactrice au New York Times et à l’International Herald Tribune, examine les défilés de Jean Paul Gaultier et démontre comment ils ont reflété de façon visionnaire les évolutions sociétales.

Au total, six ouvrages auront été produits autour de cette tournée record. Un second livre, publié en 2016 par les Éditions scientifiques du Musée des beaux-arts de Montréal, sous la direction de Thierry-Maxime Loriot, accompagnait l’exposition à Séoul (288 pages, 220 illustrations). Il rassemble 80 % de nouvelles images, souvent inédites, grâce à la présence des plus grands noms de la photographie (Richard Avedon, Irving Penn, Peter Lindbergh, Paolo Roversi, Mario Testino, David LaChapelle, Helmut Newton) ainsi que de nombreux artistes (Roe Ethridge, Pierre et Gilles, Nan Goldin, Andy Warhol, Liu Bolin, Jean-Paul Goude, Annie Kevans, Izima Kaoru). Cet ouvrage a été publié en trois langues (français, anglais et allemand), sa version anglaise est en vente exclusivement en Corée du Sud et à la Boutique-Librairie du Musée.

Crédits

L’exposition est organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal en collaboration avec la Maison Jean Paul Gaultier. Le commissariat est assuré par Thierry-Maxime Loriot sous la direction de Nathalie Bondil. La scénographie est signée par le MBAM, sous la direction de Sandra Gagné, chef de la Production des expositions, en collaboration avec Jean Paul Gaultier. Elle comprend une installation du designer néerlandais Jurgen Bey.

Remerciements

L’exposition est présentée grâce au généreux soutien d’Aldo, de JoliCœur International, du Consulat général de France à Québec et de Tourisme Montréal. Le Musée salue l’apport indéfectible d’Air Canada, La Presse et Montreal Gazette.